Chroniques > La pêche réinventée

La pêche réinventée

16 mai 2020

Julien Cabana, Le Journal de Québec –

Fidèle à son habitude, Le Journal vous offre aujourd’hui son cahier de pêche annuel, malgré le fait que nous sommes en période difficile avec la COVID-19.  

Ce cahier se veut d’abord et avant tout une source d’informations sur ce qui se passe dans le monde de la pêche. Je l’ai rédigé avec soin pour vous offrir un portrait le plus fidèle possible, en présentant la nouvelle réalité qui s’offre à vous en forêt, lors d’un séjour dans l’un des territoires structurés du Québec. Aussi, j’ai fait des entrevues avec différents spécialistes qui nous ont présenté leurs secrets, leurs nouveautés et des astuces. Votre calendrier des conditions de pêche de la saison deviendra un outil de référence très important.     

Certains demanderont pourquoi faire un cahier en présentant des possibilités d’excursions sur les différents territoires du Québec puisque l’on ne peut les réaliser. Tout simplement parce que je crois qu’un jour qui n’est pas si loin, il sera possible de pouvoir faire ces excursions. À ce moment-là, vous allez certainement aimer retourner à votre cahier pour récupérer les adresses et les suggestions de destinations, pour vivre une belle expérience de vacances en forêt, dans la beauté de la grande nature du Québec.     

Tout comme la très grande majorité des amateurs de pêche, j’aurais aimé avoir plus que la pêche quotidienne mais au moins, un premier pas a été franchi pour vous permettre la pratique de l’activité. Autant les réserves fauniques que les zecs et surtout les pourvoiries veulent obtenir une date le plus rapidement possible, afin d’accueillir leurs pêcheurs.     

Présentement, les pourvoiries sont les plus touchées par la situation. La survie de plusieurs de ces entreprises est en jeu dans l’ensemble du territoire québécois. Ces pourvoiries apportent de très importantes retombées économiques de plusieurs centaines de millions de dollars dans les régions du Québec. Il faut ajouter des milliers de personnes qui travaillent en pourvoirie et qui ont besoin de leur gagne-pain.     

Alors, je vous invite à consulter votre cahier et à vous préparer parce que le moment venu, tout ce monde de la faune aura besoin de vous.     

Pêche en temps de pandémie

En attendant, si vous pratiquez la pêche au fleuve, en territoire libre ou à la journée, n’oubliez pas de bien respecter les mesures d’hygiène et de distanciation sociale demandées par la santé publique. 

Cela signifie donc de respecter les consignes de déplacements entre les régions. Pour les zecs et les réserves fauniques, vous devez vous procurer à l’avance, par internet ou téléphone, votre droit d’accès. Il ne doit pas y avoir de partage d’équipements ou de vêtements. Aussi, il faut toujours garder la distance de six pieds dans le bateau, ce qui signifie qu’il est préférable d’être deux par embarcation. Pour le transport du domicile jusqu’au point de pêche, si vous n’êtes pas capable d’avoir une certaine distance en vous assoyant à l’arrière, il est préférable d’y aller avec deux voitures. Aussi, si vous êtes dans la même voiture, le port du masque est fortement conseillé. Une fois dans le bateau, en plein air, je ne crois pas, personnellement, que le masque soit nécessaire. Aussi, à certains endroits, il y aura des cabanes d’éviscération. Encore là, il faut respecter la distanciation en évitant de se retrouver à plusieurs, en même temps, dans la cabane. Comme il n’y aura pas de location d’équipement, il est préférable aussi d’avoir avec vous votre gilet de flottaison. Finalement, le lavage des mains est également conseillé. Il faut éviter le plus possible les contacts entre pêcheurs, autant dans la même embarcation que lors d’interactions avec les autres pêcheurs qui seront sur place.   


Pas de commentaire pour La pêche réinventée

Laisser un commentaire

Connectez-vous pour envoyer un commentaire.