Chroniques > Bien plus qu’une partie de pêche

Bien plus qu’une partie de pêche

16 mai 2020

Julien Cabana, Le Journal de Québec –

Les différents intervenants du milieu de la pêche ont compris qu’ils devaient réinventer leur offre pour attirer la relève, tant et si bien qu’une partie de pêche s’accompagne désormais d’activités sportives et d’excursions en forêt en famille. 

Pour les plus anciens pêcheurs comme moi, cette activité était très souvent au centre de nos sorties d’été en famille. Nous y allions chaque fin de semaine ou presque. 

Je me souviens encore des 10 jours que je passais annuellement, avec mes parents, sur les bords du lac Saint-Jean, au camping La Plume Blanche. Nous pêchions la ouananiche, le brochet et le doré.   

S’il y a encore des familles qui pratiquent la pêche aujourd’hui, force est de constater que leur nombre a diminué au fil du temps. Les jeunes familles habitant dans les villes sont plus loin de la nature que jamais. Et ce n’est pas le choix d’activités ou de loisirs qui manque.   

Il fallait donc trouver un moyen de les ramener vers la nature et leur faire découvrir le plaisir de ces séjours. C’est dans cet esprit que l’on a créé de véritables camps de vacances dans plusieurs des territoires organisés qui offrent de la pêche au Québec.   

Kayak et randonnée  

Lors d’un séjour de pêche, il est maintenant possible de faire de la randonnée, du kayak, de la planche à pagaie, autant de possibilités qui n’existaient pas dans le passé.   

Les zecs représentent un des beaux exemples parmi les établissements qui ont effectué ce virage.  

Créées au départ pour remplacer les anciens clubs privés de chasse et pêche, les zecs ont vécu durant de nombreuses années avec ce mandat. Elles représentent le plus grand réseau faunique au Québec avec leurs 48 000 kilomètres carrés, 16 480 lacs et 300 rivières.  

« Il fallait nous adapter à la nouvelle réalité que nous vivons, à savoir que plusieurs personnes veulent vivre des séjours en forêt tout en ayant la possibilité de faire autre chose que de la pêche ou de la chasse, soutient Benjamin Lavallée, conseiller aux communications à Zecs Québec. Tout en conservant notre vocation première, nous sommes arrivés à développer une offre intéressante, attirante pour une nouvelle clientèle d’amateurs de nature. »

Partout au Québec  

Ces zones d’exploitation contrôlée, au nombre de 63, se trouvent partout dans la province. Elles sont réparties dans les différentes régions et facilement accessibles.  

« Elles représentent un accès libre à la nature, bien organisé, à un prix modeste, souligne l’expert. Toutes les activités ou les types d’hébergement sont variables d’une zec à l’autre. Nous offrons un réseau plus diversifié que jamais. »  

Tout en découvrant le monde de la pêche, on peut aussi pratiquer de nombreuses activités de plein air comme la planche à pagaie.

Pour les amateurs de plein air, il est possible de faire de la randonnée pédestre, de l’hébertisme et de louer des planches à pagaie, canots, kayaks ou chaloupes. On peut ajouter à cela la descente en eaux vives et la course en forêt. Il est aussi possible de faire du cyclo-camping, de profiter de circuits de canot-camping, de sentiers de vélo de montagne dans la zec Des Martres, dans Charlevoix.   

« On peut aussi penser à la cueillette de champignons et de petits fruits, l’observation d’oiseaux, la baignade sur les plages de sable ou encore tout simplement profiter de la nature, » ajoute M. Lavallée.  

Du côté de l’hébergement, il est possible de faire du camping sauvage, de louer un chalet ou un refuge, de profiter de campings aménagés ou rustiques, sans oublier les yourtes et tipis.  

Chasse et pêche  

Ces deux jeunes garçons ont eu le grand plaisir de capturer plusieurs poissons.

Ce nouveau volet, développé par les zecs, ne les empêche surtout pas de continuer à offrir ce pour quoi elles sont nées, la chasse et la pêche.  

Outre la pêche traditionnelle, qui se fait par les propriétaires de chalets, mentionnons qu’il est aussi possible de pratiquer l’activité très facilement, en acquittant le prix des droits de pêche.  

« Nous avons de très bonnes mesures comme la gratuité pour les 17 ans et moins, accompagnés d’un adulte. Nous n’avons pas de lacs assignés pour la pêche, ce qui signifie que les amateurs ont la liberté de changer de lacs. Nous offrons aussi des lacs réservés pour la pêche à la mouche. »  

Dans le cas de la chasse, encore là, il y a des mesures prises afin de faciliter les choses à tout le monde.  

« Nous offrons la gratuité pour les 17 ans et moins, accompagnés d’un adulte. Nous avons des forfaits clés en main pour la chasse à l’ours, des journées d’introduction pour la chasse du faisan, des activités de chasse au féminin, sans oublier les services de conducteurs de chiens de sang. »  

Afin de vous permettre de découvrir la zec qui vous conviendra le mieux selon vos besoins, vous pouvez utiliser les renseignements fournis sur le site www.reseauzec.com/trouver-une-zec.

https://www.journaldequebec.com/2020/05/16/bien-plus-quune-partie-de-peche


Pas de commentaire pour Bien plus qu’une partie de pêche

Laisser un commentaire

Connectez-vous pour envoyer un commentaire.