FERMER

NOUS JOINDRE

Commentaire ou informations sur:

* Adresse courriel

* Nom

Numéro de téléphone

Joindre un fichier

* Message

Oui, m'inscrire à l'infolettre des Pourvoiries du Québec.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Les pourvoiries du Québec

Fédération des pourvoiries du Québec

5237, boulevard Wilfrid-Hamel, bureau 270
Québec (Québec) G2E 2H2

Téléphone : 418.877.5191
Sans frais : 1 800 567.9009
Télécopieur : 418.877.6638

HEURES D'OUVERTURE
8h30 à 16h30 du lundi au vendredi.

HORAIRE D’ÉTÉ
Pour la période estivale, du 1er juillet au 31 août, notre équipe sera à votre service de 8h à 16h30 du lundi au jeudi et de 8h à 12h (midi) le vendredi.

Protection des renseignements personnels
Les renseignements que vous fournissez sont conservés de manière confidentielle et ne serviront qu’à vous acheminer de l’information produite et/ou gérée par la Fédération des pourvoiries du Québec inc. En aucun cas ces données ne seront transmises à autrui sans votre consentement préalable. En tout temps, vous n’avez qu’à nous contacter si vous désirez être retiré de notre liste de contacts.

Pour joindre l’une de nos pourvoiries, consultez la fiche technique du pourvoyeur à l’aide du planificateur de vacances.

Actualités > NUNAVIK : Évasion et dépaysement garantis !

NUNAVIK : Évasion et dépaysement garantis !

17 janvier 2018

Avec ses 507 000 km2 de toundra et de taïga, le Nunavik demeure une région encore largement sauvage et inexplorée. Cette contrée vierge abrite des paysages spectaculaires comptant d’innombrables lacs et de majestueuses rivières, où nagent en grand nombre des salmonidés et autres poissons format géant. N’est-ce pas là le rêve de tout amateur de pêche ?

Pour partir à la découverte de cet immense territoire, il n’y a pas meilleurs compagnons que les Inuit du Nunavik. Formant 90 % de la population régionale, ils sont réputés pour leur grand sens de l’hospitalité. Vous serez étonnés de constater la grande ingéniosité dont ils font preuve quand vient le temps de faire face aux rigueurs de leur environnement. Une grande culture à découvrir absolument!

D’ailleurs, pour avoir le privilège de pêcher au Nunavik, on se doit de faire appel aux services d’un pourvoyeur local, que ce soit pour la pêche au saumon de l’Atlantique ou à l’omble chevalier de l’Arctique, souvent accompagnée de belles prises d’ombles de fontaine, de truites de mer taquines, de gros touladis ou autres. Ce qu’on pourrait percevoir comme une contrainte se révèle, en fait, une richesse. Vous serez en effet heureux de pouvoir compter sur l’expérience de vos pourvoyeurs. Comme les Inuit vivent en harmonie avec la nature depuis des milliers d’années, le poisson tenant un rôle essentiel dans leur alimentation, la pêche fait donc partie de leur culture. Par conséquent, personne n’est mieux placé qu’eux pour vous servir de guides.

 

UNE PÊCHE À DÉCOUVRIR AU NUNAVIK : L’OMBLE CHEVALIER DE L’ARCTIQUE

Curtis Fleming, l’hôte du programme télévisé américain Fly Rod Chronicles est tombé sous le charme de la pêche à l’omble chevalier de l’Arctique. « Voyager dans le nord du Canada pour une partie de pêche à l’omble chevalier de l’Arctique était un rêve que je caressais depuis longtemps. Quand je m’y suis finalement rendu, ma plus grande surprise fut de constater que c’était encore mieux que dans mes rêves : le Nunavik est littéralement la Mecque de la pêche à l’omble chevalier de l’Arctique. Ce poisson est fort, magnifique et on le trouve en abondance. Je recommande fortement aux aventuriers de faire tout en leur pouvoir pour vivre une telle expérience ! » recommande-t-il.

© Fly Rod Chronicles

 

Souvent méconnu, l’omble chevalier de l’Arctique est un poisson qu’on trouve presque exclusivement dans les régions nordiques. Les Inuit, eux, le connaissent très bien. Ils savent qu’il est très savoureux et le pêchent  à l’année ! C’est d’ailleurs en grande partie grâce à l’accueil chaleureux et aux connaissances ancestrales des pourvoyeurs inuit qui l’ont accueilli que Charles-Alexandre Cloutier, membre de la communauté de pêcheurs Hooké (Hooke.ca), a vécu une aventure d’une vie au Nunavik.

En s’envolant vers le nord, il avait formulé le souhait de réaliser un grand chelem en pêchant une truite de mer, un saumon de l’Atlantique et, bien sûr, un omble chevalier de l’Arctique. Défi relevé pour le pêcheur d’expérience qui a entre autre sorti des eaux un magnifique omble chevalier de l’Arctique de près de 7 kg (15 lb). « L’émotion que j’ai ressentie à ce moment-là restera gravée dans ma mémoire à jamais. C’était un moment privilégié », assure-t-il, tout en accordant le mérite de son succès au savoir-faire de ses pourvoyeurs inuit. « C’était ma première expérience dans le Grand Nord québécois mais sûrement pas la dernière », assure-t-il.

Bill Spicer, animateur du programme télévisé canadien The New Fly Fisher a lui aussi vécu une expérience marquante au Nunavik. « La pêche à l’omble chevalier de l’Arctique est une expérience qui n’est rien de moins que spectaculaire.  Bien que ces poissons se retrouvent en abondance dans les eaux de la région, ils sont si puissants que c’est tout un défi d’en attraper un spécimen. Une fois que vous en avez hameçonné un, il vous faut utiliser l’ensemble de votre savoir-faire, de votre expérience et toute votre patience pour réussir votre pêche ! »

© Siegfried Gagnon

 

Un défi à la hauteur de vos aspirations ? Préparez-vous à un duel épique entre l’homme et la nature dans votre quête de ce trophée tant convoité !

 

UNE NATURE À DÉCOUVRIR CHEZ NOUS

Le Nunavik, c’est aussi la chance de vous en mettre plein la vue de différentes façons : en faisant un safari photos, une randonnée pédestre, une balade en canoë ou kayak. Toutes ces activités sont bien sûr prétextes à l’observation du paysage mais surtout de la faune. Il faut dire que lorsqu’on risque de croiser une migration de caribous ou des petites hardes de bœufs musqués, ou encore des phoques, voire des baleines ou un ours polaire, ça vaut la peine d’arpenter le territoire !

Et pourquoi ne pas combiner une pêche mémorable avec une petite partie de chasse ? Si on ne chasse plus le caribou dans la région, il ne faut pas gâcher son plaisir pour autant. En effet, on trouve le lagopède (ou perdrix des neiges) en abondance et c’est un petit gibier fort agréable à récolter. Il est même permis de le faire aidé d’un chien de chasse. La chasse à l’ours noir est aussi permise et même encouragée puisque la ressource se multiplie, ceux-ci s’approchant de plus en plus des villages, semant l’inquiétude chez les dames Inuit qui aiment cueillir des baies sauvages aux alentours.

© Isabelle Dubois

 

Et pour couronner le tout, l’observation des aurores boréales en soirée pourrait rendre votre expérience déjà incomparable encore plus inoubliable…

© Hooké – Stuart Davis

 

On vous attend donc au Nunavik !

Pour planifier votre séjour, contactez Tourisme Nunavik sans frais au 1 855 NUNAVIK, écrivez à i[email protected] ou visitez le www.nunavik-tourism.com/peche.aspx pour plus d’informations et une liste de nos pourvoyeurs.

Dernières nouvelles