FERMER

NOUS JOINDRE

Commentaire ou informations sur:

* Adresse courriel

* Nom

Numéro de téléphone

Joindre un fichier

* Message

 Oui, m'inscrire à l'infolettre des Pourvoiries du Québec.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Les pourvoiries du Québec

Fédération des pourvoiries du Québec

5237, boulevard Wilfrid-Hamel, bureau 270
Québec (Québec) G2E 2H2

Téléphone : 418.877.5191
Sans frais : 1 800 567.9009
Télécopieur : 418.877.6638

HEURES D'OUVERTURE
8h30 à 16h30 du lundi au vendredi.

HORAIRE D’ÉTÉ
Pour la période estivale, du 1er juillet au 31 août, notre équipe sera à votre service de 8h à 16h30 du lundi au jeudi et de 8h à 12h (midi) le vendredi.

Protection des renseignements personnels
Les renseignements que vous fournissez sont conservés de manière confidentielle et ne serviront qu’à vous acheminer de l’information produite et/ou gérée par la Fédération des pourvoiries du Québec inc. En aucun cas ces données ne seront transmises à autrui sans votre consentement préalable. En tout temps, vous n’avez qu’à nous contacter si vous désirez être retiré de notre liste de contacts.

Pour joindre l’une de nos pourvoiries, consultez la fiche technique du pourvoyeur à l’aide du planificateur de vacances.

Chroniques > Chevreuil : appâtage, 10 points essentiels pour être efficace
appatage-chevreuil-10-astuces

Chevreuil : appâtage, 10 points essentiels pour être efficace

15 octobre 2017

Si l’appâtage assure à certains chasseurs de récolter leur chevreuil chaque année, cette technique procure à d’autres un succès irrégulier. Voici les 10 stratégies qui me guident lorsque je chasse le chevreuil à l’aide de l’appâtage et qui, j’en suis persuadé, vous assureront d’obtenir plus de succès.

Chasser à bon vent

Chasser à bon vent, c’est la base de la chasse. Si ce point n’est pas respecté, vos chances de succès sont amenuisées énormément. Souvent, des chasseurs chassent à leur site d’appâtage à mauvais vent, prétextant qu’ils veulent profiter au maximum du peu de temps qu’ils ont à leur disposition. Par expérience, je peux vous dire qu’il est essentiel de ne pas chasser à un site d’appâtage à mauvais vent, car si le vent pousse votre odeur vers les appâts et qu’un mâle mature les renifle après votre départ, les chances de le revoir de clarté à cet endroit sont pratiquement nulles.

 

Posséder plus d’un site de chasse

Pour obtenir du succès régulièrement à la chasse au chevreuil, vous devez préférablement posséder plus d’un site de chasse. En ayant plus d’un site, vous évitez de contaminer à répétition votre seul site de vos odeurs humaines, ce qui ferait assurément fuir les mâles.

 

S’éloigner au maximum des appâts

Encore dans l’intention de diminuer mes odeurs humaines qui contaminent mes sites de chasse, j’installe mes miradors le plus loin possible de mes appâts. Quand l’environnement me le permet, je positionne mes miradors à un minimum de 300 pieds de mes appâts. Cette consigne ne s’applique pas vraiment à la chasse à l’arc et à l’arbalète, mais plutôt à la chasse à la carabine ou à la poudre noire.

 

Appâter le chevreuil en forêt mature et dense

Pour augmenter vos chances d’obtenir du succès, vous devez vous abstenir d’appâter le chevreuil en bordure d’un champ, d’une clairière ou encore dans un jeune bûché complètement à découvert. En bref, vous devez éviter les endroits trop dégagés. Il est préférable d’appâter le chevreuil directement en forêt mature. Plus celle-ci sera dense, meilleures seront les probabilités d’y voir des mâles durant le jour.

 

Utiliser les obstacles naturels

Positionnez vos miradors en fonction d’obstacles naturels qui empêcheront les chevreuils de vous contourner pour entrer à bon vent à votre site d’appâtage. Les obstacles naturels auxquels je fais allusion peuvent être un plan d’eau, un bûché, un champ, une érablière, un boisé très clair, une ligne électrique, une autoroute, etc.

 

Se positionner le plus haut possible

Dans le but de diminuer la propagation de vos odeurs humaines à votre site d’affût, vous devez positionner votre mirador le plus haut possible. Plus vous serez élevé, plus le vent emportera vos odeurs à une grande distance de votre site et, lorsqu’elles descendront au sol, elles seront très diluées, diminuant ainsi les chances que le chevreuil vous détecte. Du même coup, vous serez complètement soustrait à la vue des chevreuils, et vos mouvements ne risquent pas de révéler votre présence.

 

Arriver à bon vent aux miradors

Ce septième point peut paraître anodin pour certains chasseurs, mais il est tout de même important de le mentionner. Il faut vous assurer d’avoir un sentier d’accès afin de vous rendre à votre mirador à bon vent, soit dans la même orientation que votre mirador se trouve par rapport à vos appâts.

 

Appâter davantage le chevreuil, et plus tard

Afin de réduire au minimum l’impact des odeurs humaines, je préfère déposer une plus grande quantité d’appâts et me présenter moins souvent à mes sites. J’aime également appâter le chevreuil plus tardivement en saison. En procédant ainsi, je peux me permettre d’avoir davantage de sites d’appâtage pour y chasser sans qu’il m’en coûte nécessairement plus cher. Si je commence à appâter cinq sites deux semaines avant la période de chasse au lieu d’appâter deux sites six semaines avant le début, ce ne sera pas vraiment plus dispendieux et j’aurai trois sites de plus pour chasser.

 

S’assurer de ne pas manquer d’appâts

S’il y a toujours de la nourriture à votre site, vous garderez les femelles et les faons près de celui-ci. En gardant les femelles à votre site, tôt ou tard, les mâles méfiants y viendront pour vérifier si elles sont en chaleur. Si les cervidés manquent de nourriture, ils quitteront les lieux et déménageront leurs pénates chez les voisins où la nourriture est abondante et il est fort possible qu’ils y restent.

 

Peaufiner l’accès au site

Comme dernier point, je m’assure simplement que je n’effraierai pas de chevreuils lorsque j’accéderai ou que je quitterai mon site d’affût. Je fais en sorte que les chevreuils n’auront pas la possibilité de me voir s’ils sont au site d’appâtage. De plus, j’essaie de ne pas croiser les sentiers de chevreuils déjà existants pour ne pas y laisser mes odeurs.

Sur ce, bonne chasse !

 

Texte et photo: Denis Lapointe, magazine Aventure Chasse & Pêche

Dernières nouvelles