FERMER

NOUS JOINDRE

Commentaire ou informations sur:

* Adresse courriel

* Nom

Numéro de téléphone

Joindre un fichier

* Message

 Oui, m'inscrire à l'infolettre des Pourvoiries du Québec.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Les pourvoiries du Québec

Fédération des pourvoiries du Québec

5237, boulevard Wilfrid-Hamel, bureau 270
Québec (Québec) G2E 2H2

Téléphone : 418.877.5191
Sans frais : 1 800 567.9009
Télécopieur : 418.877.6638

HEURES D'OUVERTURE
8h30 à 16h30 du lundi au vendredi.

HORAIRE D’ÉTÉ
Pour la période estivale, du 1er juillet au 31 août, notre équipe sera à votre service de 8h à 16h30 du lundi au jeudi et de 8h à 12h (midi) le vendredi.

Protection des renseignements personnels
Les renseignements que vous fournissez sont conservés de manière confidentielle et ne serviront qu’à vous acheminer de l’information produite et/ou gérée par la Fédération des pourvoiries du Québec inc. En aucun cas ces données ne seront transmises à autrui sans votre consentement préalable. En tout temps, vous n’avez qu’à nous contacter si vous désirez être retiré de notre liste de contacts.

Pour joindre l’une de nos pourvoiries, consultez la fiche technique du pourvoyeur à l’aide du planificateur de vacances.

Chroniques > Pourquoi Patrick Campeau pêche-t-il ?
Patrick-Campeau-Pêche

Pourquoi Patrick Campeau pêche-t-il ?

24 août 2017

Lorsque j’étais gamin, j’étais loin de me douter qu’un jour je ferais carrière à titre de pêcheur professionnel, de chroniqueur, d’animateur et de formateur.

Comme tous les rêves ne se transforment pas nécessairement en réalité, permettez-moi de vous expliquer comment j’y suis parvenu.

Mes débuts

Je me souviens, alors que j’étais tout jeune, de mon grand-père Athanase. C’est lui qui m’a fait découvrir ce merveilleux sport. Durant la saison estivale, après le souper, nous partions souvent à l’aventure, avec un but précis, soit de déjouer des barbues. Je me remémore parfaitement un endroit en particulier, sur les rives de la rivière du Nord, dans le secteur de la ville de Lachute. C’est là que mon grand-papa m’a appris les rudiments pour taquiner ces poissons. C’était magique et féerique. Nous ramenions à la maison les barbues que nous avions réussi à capturer et ma grand-mère, Jeanne, les apprêtait pour le lendemain. Nous savions d’avance que ces repas seraient un vrai régal. Pour ceux d’entre vous qui font la grimace, dites-vous bien que vous ne savez pas ce que vous manquez. Aux États-Unis, dans les États plus au sud, la barbue figure au menu de plusieurs restaurants.

Plus tard, avec un ami de la famille, j’allais pêcher la barbue au moins quatre fois par semaine, de la mi-mai à la mi-août. Il n’était pas rare de croiser le fer avec 10, 15 et même 20 beaux spécimens par soir, qui faisaient osciller la balance d’un à trois kilos. Nous avions un plaisir fou, d’autant plus que ce moustachu est réputé pour offrir des batailles magistrales.

Dès que j’ai été en âge de conduire une voiture, j’ai commencé à participer à de nombreux tournois et j’ai remporté plusieurs victoires. Après une certaine période, j’étais reconnu comme étant une bonne référence dans le domaine. À la suite de l’obtention de mon diplôme en marketing, je me suis lancé sur la scène provinciale puis nationale.

Aujourd’hui, après trente ans de métier, lorsqu’on me demande ce qui me rend le plus fier de ma carrière, je réponds qu’il y a plusieurs raisons : être trois fois champion du Québec, m’être classé à sept reprises au top-7 canadien, écrire dans 16 revues et journaux, dont le Journal de Montréal, animer des capsules radiophoniques quotidiennes dans 55 stations, avoir été intronisé au panthéon canadien de la pêche en 2014 et bien plus encore.

Mordu pour la vie

Si vous ne connaissez pas vraiment ce sport et que vous croyez que la pêche ne consiste qu’à capturer des poissons, vous vous trompez. Il s’agit d’une activité unique en son genre. Le plaisir débute lors des préparatifs préliminaires. De plus, rappelez-vous que :

  • tout un chacun peut pratiquer ce loisir de plein air. Il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup de connaissances et d’expérience;
  • c’est une occasion incomparable de renouer avec la nature et de profiter d’une accalmie;
  • pour les amateurs de défis, la pêche offre toute la latitude de vous faire valoir lorsque vient le temps de tenter de déjouer ces êtres imprévisibles équipés de nageoires;
  • c’est le sport qui offre les meilleures occasions de repos et de détente;
  • lorsque les espèces ciblées coopèrent, il n’y a rien de plus agréable que de les capturer;
  • le pêcheur a la possibilité de manger ses captures… un vrai délice!
  • il est possible de pratiquer la pêche presque partout : sur la rive ou sur l’eau;
  • c’est une chance inouïe de faire participer des enfants à une activité d’adulte;
  • c’est l’occasion de se retrouver avec des parents ou amis dans un contexte différent et amusant;
  • la pêche vous donne l’occasion de sortir de la ville et d’oublier tous vos problèmes;
  • plus d’une centaine d’espèces diverses de poissons nagent dans nos eaux;
  • c’est un sport abordable.
  • Martin Carbonneau

    Bonjour Patrick,
    Effectivement, certain ont cette passion dans le sang et ce depuis son initiation. Mes souvenirs sont aussi de mon tender enfance au chalet. Ce sentiment de privilège et de lien direct avec la nature. Apprendre à connaitre et apprécier. Une satisfaction personnelle en résulte toujours. Merci d’inspirer les gens à explorer et voyager. La pêche n’est effectivement pas seulement d’attraper du poisson. C’est aussi une occasion de prendre une pause, de se retrouver et de revenir à la base.

Dernières nouvelles