Actualités > La chasse aux canards; tout est question de visibilité

La chasse aux canards; tout est question de visibilité

6 octobre 2014

QVO

José Boily – Émission Québec à Vol d’oiseau (QVO) – Guide de la pourvoirie 2013

Pour être efficace et obtenir du succès à la chasse aux barbotteurs, il faut savoir bénéficier des périodes d’activités de ceux-ci. La demi-heure qui précède le lever de l’astre du jour ainsi que les 30 minutes qui suivent son coucher, sont les meilleurs moments de la journée où l’on peut espérer voir les canards en mouvements. Une bonne nouvelle ne venant jamais seul, le gibier tant convoité choisit les périodes de faible luminosité pour se déplacer. Très tôt le matin, il quitte les plans d’eau à la recherche de nourriture et tard le soir, il revient le ventre plein pour se poser sur les lacs, les rivières et le fleuve.

Pour maximiser les temps de chasse où l’éclairage fait défaut, le sauvaginier demeure en alerte avec le fusil bien en main car un volatile peut surgir à tout moment. Bien que la cible puisse arriver de toutes les directions, le tireur concentre sa vision vers la zone où le soleil se lève ou se couche car cette partie du ciel demeure longtemps colorée. Plus le chasseur a la tête près du sol, plus il se fait camouflage: ainsi il tire profit des minutes légales d’éclairage.

Toujours en balayage constant, les yeux du chasseur doivent couvrir une portion mince du décor ne dépassant  pas 20 mètres au-dessus des herbes. Comme la vision diminue, la concentration doit se faire sur les palmipèdes à venir et non sur ceux déjà passés. Lorsque des canards en vol sont repérés à distance, il ne faut pas craindre de détourner son regard pour quelques secondes car souvent à trop suivre les volatiles éloignés, on perd la notion de ce qui se passe autour. Il faut toujours se souvenir qu’en période d’activités, les barbotteurs sont nombreux à se déplacer en même temps.

Enfin, les amateurs de plumes tirent avantage de leurs appeaux durant ces périodes car le canard est plus réceptif aux vocalises lorsque le marais devient terne. Cependant, les appels doivent être justes et modérés pour ne pas surprendre un gibier en vol non localisé.

Savoir tirer profit de ces temps de pénombre permet à coup sûr de mieux garnir son tableau de chasse.

Bonne saison de plumes!