Chroniques > Chasse au chevreuil: conseils de dernière minute

Chasse au chevreuil: conseils de dernière minute

17 septembre 2014

FPQ-012_MAIN

Chasser le cerf de Virginie durant la saison de l’arme à feu n’a jamais été aussi accessible  et même si le chevreuil est abondant, récolter un « buck » trophée nécessite une attention sur plein de détails souvent anodins mais, lorsque jumelés, empêchent de vivre le rêve!

D’abord, il faut connaître le gibier, son cycle de vie, ses habitudes et ses déplacements dans le secteur de chasse dont vous disposez. Si vous chassez d’un affût au sol ou en hauteur, il faudra être totalement dissimulé de la vue, de l’ouïe et de l’odorat du chevreuil.  Attention à votre silhouette!  Le cerf de Virginie à une vue perçante et tout mouvement suspect le fera fuir. Il faut être totalement silencieux dans votre abri et un tapis sous vos pieds assourdit le bruit.  Les chasseurs portant des lunettes ont avantage à utiliser des verres fumés UV et polarisés pour empêcher tout reflet surtout lors de périodes ensoleillées.

Un autre détail, positionner l’affût pour prendre avantage des vents dominants. Au Québec, la plupart du temps les vents dominants sont de l’Ouest ou du Nord-ouest mais selon la géographie de votre secteur de chasse, le tout peut varier. Avoir aussi un site alternatif sans appâtage même si votre territoire est restreint, est un gage de succès en cas de mauvais vent ou si vous êtes surpris par des cervidés en vous rendant au site principal. Ce site peut être parallèle à un sentier régulièrement emprunté par les cerfs ou près d’un dortoir.

Finalement, utiliser le rattling (technique consistant à frotter et frapper ensemble des bois de chevreuils pour imiter un combat entre deux mâles) ou un appeau pour attirer un cerf mâle. Plusieurs territoires structurés offrent la chasse au cerf de Virginie avec des guides chevronnés, compétents et passionnés.