Chroniques > Chasse à la perdrix : éloignez-vous des sentiers!

Chasse à la perdrix : éloignez-vous des sentiers!

10 octobre 2013

FPQ-003_MAIN

Pour plusieurs chasseurs c’est en parcourant les bois à la recherche de la perdrix qu’ils ont fait leurs débuts à la noble discipline de St-Hubert armés d’une « 22 » ou d’un cal 410 à un coup. La chasse de ce gibier revêt toujours quelque chose de magique et peut être pratiquée à l’envergure de la province et ce, à faible coût. La gélinotte huppée ne nécessite pas beaucoup d’équipement et de préparation pour être palpitante. Ce gallinacé  se retrouve sur la plus grande partie du territoire québécois et affectionne surtout les forêts de feuillus. Lorsqu’il y a concentration de conifères, la perdrix sera plutôt concentrée où il y a de jeunes repousses ou dans les secteurs de coupes de bois récentes. Il faut savoir que les perdrix de nature très sédentaires et elles se nourrissent principalement de bourgeons, de feuilles et de brindilles.

La plupart des chasseurs  parcourent leurs sentiers préférés tôt en matinée lorsque le soleil commence à réchauffer le sol. Si plusieurs chasseurs empruntent le même sentier, il est sage de marcher parallèlement à celui-ci, à une distance d’environ 10 à 15 mètres car il y a de fortes chances que les perdrix se retrouvent plus profondément en forêt après le passage des premiers chasseurs.

Les pourvoiries du Québec offrent des forfaits de chasse à la perdrix dans des secteurs giboyeux et des territoires exclusifs avec des centaines de kilomètres de sentiers où la pression de chasse à la gélinotte est presque nulle. Vérifiez les possibilités d’hébergement, avec ou sans les repas, pour rendre votre expédition de chasse mémorable et fructueuse.

Prenez le temps de chasser la perdrix au moins une fois cette saison et pourquoi pas  en famille tout en l’agrémentant d’un bon pique-nique en forêt.