Chroniques > CHRONIQUE: Fidèles au Salon – Salon National de la pourvoirie – Quebec 2013

CHRONIQUE: Fidèles au Salon – Salon National de la pourvoirie – Quebec 2013

14 janvier 2013

SalonNationalPourvoirieQuebec2013

Avec les années, le monde de la pourvoirie a drôlement changé au Québec. Une visite au Salon national de la pourvoirie chasse et pêche qui a débuté hier, aux Galeries de la Capitale, vous le confirmera.

Au travers de plus de 100 pourvoiries qui se trouvent sur place, les amateurs peuvent trouver tout ce qu’ils cherchent.

À sa quatrième année

À la tête du Salon, le promoteur Gaétan Mondou se dit plutôt fier de pouvoir offrir un tel rendez-vous aux amateurs de chasse et pêche.

«Nous dépassons les 100 pourvoiries sur place. Les gens veulent tellement venir participer au Salon, qu’il nous a fallu placer des pourvoiries non seulement sur le plancher d’exposition mais ailleurs dans les allées et même tout près de l’étang de pêche des Amis de la pêche au centre des Galeries. Tout cela est dû au fait que les amateurs sont fidèles au Salon et surtout au fait que nous voulons leur offrir le maximum pour les aider à planifier leur excursion.»

Sur ce point, il faut dire chapeau à Mondou qui a su réunir sous un même toit les différents intervenants qui sont en mesure de vous offrir ce que vous cherchez.

À l’image du milieu

En parcourant les allées, il est possible de voir des offres de toutes les natures, que ce soit pour un petit séjour de pêche jusqu’au voyage de pêche de rêve dans le Grand Nord québécois ou même de chasse en Afrique. Cette offre reflète fidèlement ce qu’est devenu le marché de la chasse et de la pêche au fil des ans.

Le Salon est axé principalement sur le monde de la pourvoirie. On y retrouve aussi des compléments comme des marchands d’articles de chasse et de pêche, ou encore des bateaux et même des véhicules utiles pour la chasse et la pêche comme des camionnettes, mais ce qui domine, ce sont les destinations offertes.

«Nous sommes là pour faire découvrir la pourvoirie moderne via les différents exposants parce que c’est d’abord et avant tout un Salon dédié au monde de la pourvoirie. Les gens qui nous visitent, à quelques exceptions près, sont certains de trouver la pourvoirie qui répondra le mieux à leurs besoins. Que ce soit pour la famille, le groupe de pêcheurs ou de chasseurs et même pour la gente féminine, tout est possible.»

Les meilleures dates

Comme ce Salon est le premier de la série, il vous permettra de réserver votre séjour plus facilement aux dates que vous désirez parce que les pourvoyeurs ont de la disponibilité. Du côté du réseau des réserves fauniques, il vous est aussi possible de réserver directement sur place, au Salon, un séjour de pêche n’importe où, en raison de l’abandon du fameux tirage au sort. Les chalets sont disponibles. À vous de réserver votre séjour. Vous ne pouvez pas manquer le kiosque immense de la Sépaq.

Chose certaine, si vous désirez planifier vos vacances en forêt pour l’été ou l’automne prochain, c’est l’endroit idéal. Le Salon est ouvert jusqu’à dimanche 17 h. Il suit les heures d’ouverture des Galeries de la Capitale.

 

Plusieurs nouveautés sont présentées aux visiteurs du Salon. Nous avons fait le tour des kiosques pour en discuter avec les différents exposants. En voici quelques-unes.

— Ne vous surprenez pas de découvrir le nouveau Réal Massé. L’homme aux moustaches célèbres a passé deux mois en Afrique à guider des chasseurs québécois qui avaient décidé de l’accompagner. Il a perdu 25 livres en courant dans la savane à tous les jours.

— En passant devant le kiosque de la pourvoirie Farrar, prenez le temps de serrer la pince à Donald qui dirige les destinées de cette entreprise fêtant cette année ses 40 ans. Sa mère Monique a débuté les opérations avant que lui et son frère Jean-Claude ne prennent la relève. Pour l’avenir, il peut compter sur la relève avec sa fille Léa.

— La pourvoirie Bataram, dans Charlevoix, a décidé d’innover cette saison en offrant aux amateurs de pêche la possibilité d’utiliser leur véhicule récréatif pour vivre leur séjour, dans le secteur des Îlots. Le coût d’une journée sera de 80 $, incluant l’accès à la pêche. Comme les places sont limitées, profitez du salon pour réserver votre séjour.

— Si vous apercevez le kiosque de la pourvoirie Nordic, n’allez surtout pas croire que c’est une nouvelle pourvoirie. Il s’agit de l’ancienne pourvoirie Yajo qui a changé de nom. André et Raymonde Côté sont toujours en place avec leur associé Julien Simard. La pêche y est toujours excellente. Pour garder la qualité, ils ont décidé de limiter le nombre de pêcheur à 100 par saison. Les truites mouchetées indigènes de trois et même quatre livres sont toujours au rendez-vous.

  • André côté

    Salut julien juste quelques mots afin de te remercier sincèrement de l attention porter à l égard de notre pourvoirie.merci encore à plus André