Chroniques > CHRONIQUE: Votre truite a-t-elle chauffé?
Votre_truite_a_t_elle_chaffee_Patrick_Campeau_25_juillet_2012

CHRONIQUE: Votre truite a-t-elle chauffé?

10 septembre 2012

Votre_truite_a_t_elle_chaffee_Patrick_Campeau_25_juillet_2012

Patrick Campeau – Journal de Montréal – 25 juillet 2012

Il est incroyablement agréable de pouvoir consommer ses captures, au retour d’une excursion de pêche… à condition qu’elles soient encore propres à la consommation.

Lorsque les eaux sont froides et que le soleil n’est pas trop présent, on peut sans trop de difficulté conserver les poissons qu’on attrape.

Ce qui est toutefois vraiment navrant, c’est de voir de belles truites immergées dans l’eau, au bout d’une chaîne ou d’une corde, quand le soleil brille de tous ses rayons. La situation est tout aussi désolante lorsque les poissons sont déposés au fond de la chaloupe, à la chaleur.

EFFETS NÉFASTES

Je suis persuadé que la plupart des amateurs hésiteraient beaucoup avant de manger un steak qui aurait passé de longues heures au soleil. Notre logique nous pousse à le garder au frais le plus longtemps possible pour en conserver toute la fraîcheur.

De nombreux adeptes parcourent de très longues distances et dépensent beaucoup d’argent pour attraper des poissons qu’ils souhaitent ensuite ramener à la maison, pour les manger. Ce qui est étonnant, c’est qu’entre le moment de la capture et la fin de la journée, ils ne se préoccupent pas du sort de la chair.

Il faut savoir qu’en étant exposée au soleil et à la chaleur, la viande se dégrade rapidement. Elle chauffe, et ce, même si elle est immergée dans l’eau. En peu de temps, elle se ramollira et perdra de son tonus. Vous aurez alors l’impression que votre capture n’a plus de corps et qu’elle est toute molle. Quand vous l’éviscérerez, vous découvrirez que les arêtes et la colonne vertébrale se détachent trop facilement.

Même si les spécimens semblent avoir séché et durci au soleil, cela ne signifie en rien que la chair ne s’est pas dégradée tout au long de ce processus.

Lisez la suite de cet article