Actualités > Fermeture de la chasse sportive au caribou migrateur: Un coup dur pour le développement du Nord Québécois

Fermeture de la chasse sportive au caribou migrateur: Un coup dur pour le développement du Nord Québécois

22 décembre 2016

QUÉBEC, le 22 décembre 2016 — À la suite de l’annonce d’hier, par laquelle le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) annonce une réduction de 50 % du nombre de permis de chasse au caribou pour 2017 et la fermeture totale de la chasse sportive en 2018, la Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ) tient à faire connaître sa position.

L’inventaire aérien de la fin de l’été denier révèle une baisse de 54% du nombre de caribous du troupeau de la rivière aux Feuilles (TRF) (199 000 bêtes) par rapport aux inventaires de 2011 (430 000 bêtes). Cette baisse dramatique interpelle fortement les pourvoyeurs qui offrent des séjours de chasse au caribou, d’autant plus que la chasse sportive n’est aucunement responsable de ce déclin. De nombreuses pourvoiries ont déjà cessé leurs opérations, passant d’une quarantaine d’entreprises en 2005 à une dizaine aujourd’hui. Le nombre de permis de chasse au caribou a été très fortement réduit année après année, conséquence de la baisse du nombre de caribous. Ainsi, d’un potentiel de récolte de 5550 bêtes en 2014-2015, ce nombre a été réduit à 4342 bêtes en 2015-2016, puis à 2732 cette année.

Les pourvoyeurs reconnaissent l’importance du caribou pour les communautés autochtones du Nord-du-Québec. Cet animal est effectivement au cœur des coutumes, traditions, vie culturelle et spirituelle de ces communautés. Il est donc normal d’accorder à celles-ci une priorité d’accès à la ressource.

Par leur présence assidue sur le territoire nordique plusieurs mois par année, les pourvoyeurs ont toujours participé activement au suivi de l’état des populations de caribous. Ils ont été en mesure de faire plusieurs constatations sur le nombre de bêtes, leur état de santé, l’augmentation de la prédation, etc. Sans remettre en question les données scientifiques, ils demeurent cependant sans réponse à plusieurs de leurs questions. Qu’est-il advenu des centaines de milliers de caribous qui seraient disparus depuis 2009, dont 100 000 au cours des deux dernières années seulement ? Comment est-il possible que ni leurs guides, ni leurs clients, ni eux n’aient aperçu aucune dépouille, aucune carcasse de caribous au cours de leurs mois d’opération et des centaines d’heures de vol qu’ils ont effectuées dans le Nord-du-Québec ?

La fermeture de la chasse sportive au caribou: une mesure extrême et une décision lourde de conséquences pour l’économie nordique.

En 2014, la vingtaine de pourvoiries offrant de la chasse au caribou généraient des retombées évaluées à plus de 13 millions de dollars annuellement et procuraient près de 250 emplois. « Les pourvoiries ont aussi permis le développement d’infrastructures d’accueil et de transport privées. En plus de servir d’assise à l’industrie touristique nordique en développement, les installations et les avions de brousse des pourvoyeurs servent à d’autres fins. Elles permettent aux différentes compagnies minières d’effectuer leurs activités de prospection et d’exploration. Des centaines de travailleurs miniers sont également hébergés dans les pourvoiries du Nord-du-Québec, sans compter les communautés autochtones qui font aussi appel aux services aériens des pourvoyeurs pour effectuer leurs chasses communautaires ou pour se déplacer sur le territoire. La disparition des pourvoiries portera un dur coup au développement du Nord québécois », a affirmé Norman Ouellette, président du Conseil d’administration de la FPQ et propriétaire de plusieurs pourvoiries, dont une spécialisée dans la chasse au caribou.

La FPQ accueille malgré tout favorablement la création d’un comité interministériel chargé d’évaluer les conséquences économiques et sociales de la décision et de proposer des mesures d’atténuation conséquentes. Elle compte participer pleinement à cet exercice.

Finalement et malgré l’arrêt prochain des activités de chasse au caribou, la FPQ et ses membres continuera de travailler de concert avec les autorités compétentes dans l’élaboration d’un plan de gestion de l’espèce qui pourra freiner la baisse des populations de caribous et favoriser sa hausse subséquente en vue d’une réouverture éventuelle des activités de chasse sportive et souhaite du même souffle que des mesures de suivi rigoureuses du prélèvement autochtone seront appliquées par le MFFP et les communautés concernées.

Dernières nouvelles