Actualités > Chasse à l’arbalète: Quelques réponses à des questions courantes

Chasse à l’arbalète: Quelques réponses à des questions courantes

19 février 2015

Populaire depuis maintenant plusieurs années, la chasse à l’arbalète continue de gagner des adeptes chaque saison de chasse. Certains mythes sont souvent véhiculés et entraînent des questions pertinentes, dont voici quelques pistes de réponses.

1-Quelle est la distance maximale à laquelle je peux tirer un animal avec une arbalète?

Tout comme avec un arc, la distance maximale raisonnable avec laquelle on peut effectuer un tir précis et mortel est d’environ 30 mètres (100 pieds). Bien que l’on puisse souvent bien grouper nos flèches à des distances plus grandes, il n’en demeure pas moins que passer cette distance, la force de frappe diminue considérablement. De plus, le risque d’erreur s’amplifie grandement au fur et à mesure que les mètres s’enchaînent et ce, peu importe la puissance de l’arbalète. Mouvement inattendu de l’animal, angle de tir, décoche tremblante ou nerveuse, mauvaise évaluation de la distance, anticipation du tir, voilà des exemples parmi tant d’autres dont les conséquences seront amplifiées avec la distance et la nervosité et qui peuvent nous faire manquer notre tir. Et la dernière chose que l’on souhaite, c’est bien de blesser le gibier convoité!

2-Jusqu’ à quel point le choix des flèches est-il important?

Le choix des flèches est important dans la mesure où on souhaite obtenir des tirs groupés, constants et avec une bonne force d’impact. L’idéal est de tirer avec les flèches originales. Sinon, il vaut mieux se référer au manuel du fabricant pour connaître le poids minimal requis afin de ne pas effectuer l’équivalent d’un tir à vide, ce qui pourrait s’avérer dangereux pour le tireur et occasionner des bris importants à l’arbalète. Certains modèles de flèches semblables pourraient donc être utilisés, et dans ce cas il est bon de connaître le poids des flèches et des pointes qu’on utilise habituellement (en grains) afin de trouver parmi les choix offerts en magasin un modèle qui s’en rapprochera le plus possible. Il est à noter qu’un changement au niveau des flèches pourrait entraîner un certain réajustement du télescope ou de la mire.

 3-À l’achat, est-ce mieux une arbalète avec ou sans poulie?

Cette question pourrait être débattue longtemps! Pour un chasseur d’orignal qui fait de la chasse fine par exemple, l’idéal est un modèle étroit et le moins encombrant possible. Le choix d’une arbalète à poulie sera donc plus pertinent afin de pouvoir se déplacer en forêt plus aisément. Les principaux avantages des arbalètes sans poulie sont leur simplicité et la possibilité de changer la corde soi-même. Le poids et la puissance des deux types d’arbalètes s’équivalent souvent dans les modèles récents. C’est généralement en épaulant et en maniant différents modèles que le choix final s’effectue, selon les goûts, le budget et les besoins de chacun.

4- Est-ce mieux des pointes à lames fixes ou rétractables?

Les deux types ont des avantages et des inconvénients. Les pointes à lames fixes demandent souvent un réajustement du télescope par rapport aux pointes de pratique (la flèche aura une trajectoire différente, due à l’emprise du vent dans les lames). Par contre ces pointes sont très fiables puisqu’elles ne sont pas mécaniques. Il est important d’enligner les empêne (plumes) avec les lames. Les pointes à lames rétractables, qui ouvrent à l’impact, ont l’avantage de garder la même trajectoire que les pointes de pratique. Il n’est donc pas nécessaire de se réajuster, bien qu’il soit tout de même recommandé d’effectuer au moins un tir pour s’assurer du résultat. Pour le tir à l’arbalète, il est important que les lames soient retenues par un élastique plutôt que par un mécanisme, car les lames pourraient dans ce cas ouvrir avant impact ce qui risquerait de faire dévier la flèche.

Sur ce, je vous souhaite de bons tirs, et une bonne saison de chasse à venir!

 Corinne Gariepy