Chroniques > Chasse à l’orignal: quelques précautions

Chasse à l’orignal: quelques précautions

29 août 2014

FPQ-006_MAIN

Plusieurs chasseurs d’orignaux n’arrivent pas au succès non pas parce qu’il n’y a pas de gibier sur leur territoire mais bien parce qu’ils oublient certaines précautions souvent futiles qui font toute la différence pour avoir du succès de façon récurrente.

La prospection et préparation du territoire

Le meilleur moment d’effectuer la prospection d’un nouveau territoire est pendant la période de chasse proprement dite ou immédiatement après. Les biologistes le confirment, ce sont les moments idéaux pour voir le gibier mais surtout pour trouver des signes évidents de leur présence dans le secteur qui vous est accessible. Vous rechercherez donc des traces d’orignaux en grande quantité, des souilles, des frottages ou les garde-manger. De plus, il est impératif de ne pas déranger  les orignaux s’ils sont dans votre secteur donc même lors de sorties de prospection, il faut masquer à la perfection les odeurs humaines en s’aspergeant littéralement d’un bon masque d’odeurs corporelles. Ceci est important pour votre corps, vos vêtements ainsi que vos bottes et votre équipement.

La veille de la chasse

Plusieurs chasseurs sont tellement fébriles la veille de l’ouverture qu’ils font certaines erreurs qui seront fatales sans s’en rendre compte. Il est conseillé de ne pas visiter le secteur de chasse en VTT avec tout le groupe de chasseurs afin de voir les photos des caméras de surveillance. Il est préférable d’effectuer le tout en période légale de chasse car si vous poussez les orignaux de votre territoire la veille, il y a peu de chances qu’ils soient dans les parages le lendemain. Un petit point sur les caméras de surveillance, n’oubliez pas de leur mettre un masque d’odeur à chaque fois que vous les manipulez. Il est à noter que vous pouvez chasser l’orignal dans plusieurs territoires structurés au Québec vous assurant ainsi un succès de chasse phénoménal.