Actualités > La pêche au saumon au Québec

La pêche au saumon au Québec

28 mai 2014

La pêche au saumon au Québec

Michel Jean – Fédération québécoise pour le saumon Atlantique (FQSA) – Guide de la pourvoirie 2013

Le saumon est considéré comme une espèce mythique partout où on le retrouve. Au Québec, depuis plus de 400 ans, il fait partie de notre milieu de vie, de notre culture et de notre patrimoine collectif. C’est une espèce  qui sait en faire rêver plus d’un. On peut même affirmer que l’une des meilleures choses que réserve la vie à un pêcheur est la pêche au saumon.

Il n’y a pas de doute, le Québec est une destination de choix pour pêcher ce seigneur de nos eaux.

Au Québec, on dénombre 118 rivières où remonte le saumon. Elles sont réparties dans sept régions administratives : la Côte-Nord (Haute et Basse), le Bas Saint-Laurent, la Gaspésie, le Saguenay, Québec et le nord du Québec (les eaux se jetant dans la Baie d’Ungava). L’offre de pêche y est très diversifiée et on la pratique principalement sur des territoires structurés (zecs de pêche au saumon, réserves fauniques ou pourvoiries). Environ une trentaine de rivières vous offrent une structure d’accueil.

Peu importe où vous irez pour pêcher le saumon, vous remarquerez toujours la même chose : la qualité des rivières. Le saumon est une espèce que l’on peut qualifier d’espèce phare car il exige un milieu de grande qualité pour accomplir son cycle vital. Il est aussi un symbole de force et de ténacité. Son cycle vital en est un bon exemple. Il commence sa vie en rivière. Après trois ans, au printemps il descend vers la mer pour y passer de une à plusieurs années. Ceux qui resteront en mer seulement un an pour ensuite revenir à leur rivière s’appellent «madeleinaux». Ils ne s’éloigneront pas trop et passeront cette année à proximité de Terre-Neuve. D’autres pousseront leur voyage jusqu’au Groënland pour s’engraisser. Ils ne reviendront à la rivière qui les a vus éclore que deux ou trois ans plus tard. Ce seront alors de magnifiques bêtes qui pourront peser plus de 10 Kilos.

C’est lors de ce retour que nous les pêchons et  c’est là que vous apprenez qu’il sait se faire désirer. La patience est donc de mise. Si vous réussissez à le déjouer et à le capturer, vous comprendrez pourquoi on le qualifie de Roi de nos rivières. Vous serez alors à même de constater toute la force et l’agilité qu’il utilisera pour se défaire de votre artificielle pour retrouver sa liberté. Si vous êtes sur une rivière où vous devez le remettre à l’eau, faites le avec beaucoup de respect et rapidement. Malgré toute cette force il n’en demeure pas moins que c’est une espèce fragile et qu’une période de 30 secondes à l’extérieur de l’eau peut même entraîner sa mort même s’il semble repartir de manière rigoureuse.

Ha..! le saumon.  On pourrait en parler pendant des heures, des jours et même des semaines. Attrapez-en un, vous vous questionnerez longtemps afin de savoir si c’est vous qui avez piqué le saumon ou si c’est le saumon qui vous a piqué. Chose certaine, vous aurez attrapé la «saumonite aigue» et il n’y aura plus rien à vous expliquer, vous aurez tout compris.

Pourquoi attendre? Faites-vous plaisir, laissez-vous tenter et venez attraper la piqûre. Ce n’est pas plus difficile  de pêcher le saumon que toute autre espèce. Vous ne savez pas où aller? Commencez par une visite du site de la Fédération québécoise pour le saumon atlantique (FQSA) en allant au www.fqsa.ca   .La FQSA est un organisme qui regroupe toutes les personnes intéressées par la conservation du saumon, et de son habitat ainsi que de la promotion de sa pêche sportive. Profitez-en pour télécharger gratuitement le Guide sur le réseau des rivières à saumon du Québec 2013. Ce guide vous offre une foule d’informations sur les rivières à saumon dont, notamment, les coordonnées des entreprises de pourvoiries qui offrent de la pêche au saumon. Contactez les, ils sont en mesure de vous faire connaître un séjour de pêche inoubliable.

Rappelez-vous toujours que le royaume du saumon est le paradis du pêcheur sportif.