Actualités > COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Avenir des pourvoiries de chasse au caribou : Le Gouvernement du Québec met en péril le développement de l’industrie touristique dans le Nord du Québec

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: Avenir des pourvoiries de chasse au caribou : Le Gouvernement du Québec met en péril le développement de l’industrie touristique dans le Nord du Québec

6 décembre 2013

main_caribou

Trois-Rivières, 4 décembre 2013 – En marge de son 64e congrès annuel, qui débute aujourd’hui à Trois-Rivières, la Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ) sonne l’alarme pour exprimer son extrême préoccupation à l’égard de l’avenir des pourvoiries offrant la chasse au caribou et du développement touristique du Nord en général.

Au cours des derniers mois, le gouvernement du Québec a commencé à faire connaître ses orientations en matière de développement nordique. Il a notamment signifié sa volonté de doter le Nord québécois de projets de développement structurants pour les communautés. Tous conviennent que cela passe notamment par la consolidation et le développement d’une industrie touristique nordique forte. Et hors de tout doute, en 2013, celle-ci repose essentiellement sur les pourvoiries, qui elles dépendent actuellement de la chasse au caribou.

Cependant, les récentes décisions prises par le gouvernement du Québec viennent mettre en péril le développement de l’industrie touristique dans le Nord du Québec.

« La décision annoncée en avril dernier d’abaisser la limite à un caribou par chasseur portera un coup fatal aux entreprises, entraînant du même coup la mort de l’industrie des pourvoiries nordiques. Et la disparition des pourvoiries de chasse au caribou portera un coup dur au développement du Nord québécois en anéantissant le principal réseau d’hébergement et de loin la plus importante industrie touristique de cette vaste région. Plusieurs emplois sont en jeu actuellement. Le gouvernement doit prendre conscience des conséquences économiques de cette fragilisation sur le développement du Nord, des entreprises qui en dépendent et des communautés qui l’habitent », a précisé le président-directeur général de la FPQ, M. Marc Plourde.

Rappelons que les pourvoiries spécialisées dans la chasse au caribou ont fortement contribué à développer la région nordique telle qu’on la connait aujourd’hui, en plus de la faire découvrir à des dizaines de milliers de Québécois et de visiteurs étrangers. Aujourd’hui, l’impact économique des 20 pourvoiries qui sont demeurées en activité malgré le contexte défavorable des dernière années s’élève à 13 M$. Celles-ci génèrent en plus des revenus de 5 M$ par année pour le gouvernement.

« En créant plus de 250 emplois annuellement dans la région du Nord-du-Québec, nos entreprises ont aussi permis le développement d’infrastructures d’accueil et de transport privées. En plus de servir d’assise à l’industrie touristique nordique en développement, les installations et les avions de brousse des pourvoyeurs servent à d’autres fins. Elles permettent aux différentes compagnies minières d’effectuer leurs activités de prospection et d’exploration. Des centaines de travailleurs miniers sont également hébergés dans les pourvoiries du Nord-du-Québec, sans compter les communautés autochtones qui font aussi appels aux services aériens des pourvoyeurs pour effectuer leurs chasses communautaires ou pour se déplacer sur le territoire. Le gouvernement du Québec doit comprendre que la disparition des pourvoiries portera un dur coup au développement du Nord québécois », a affirmé Norman Ouellette, président du Conseil d’administration de la FPQ et propriétaire de plusieurs pourvoiries, dont une spécialisée dans la chasse au caribou.

Une solution avantageuse pour tous

Pour assurer la survie des pourvoiries de chasse au caribou, la FPQ demande donc au gouvernement du Québec de permettre aux chasseurs de se procurer 2 permis par année au lieu d’un seul. Cette proposition a l’avantage de permettre au gouvernement de conserver intacts les engagements qu’il a pris envers les communautés, tout en assurant l’achalandage des pourvoiries. Cette mesure ne demande qu’une modification réglementaire par le ministre responsable et n’affecte en rien le nombre de caribous pouvant être récoltés puisqu’un plafond est fixé pour le nombre total de permis disponible.

« Sans le maintien d’une chasse selon des modalités acceptables et viables, nos entreprises sont destinées à cesser leurs opérations. Le gouvernement du Québec a la responsabilité de voir à assurer la pérennité des activités de chasse au caribou dans le Nord-du-Québec afin de permettre le développement du territoire nordique et l’essor d’une industrie touristique forte dans la région. Aujourd’hui, il doit voir à assumer son leadership », a conclu M. Plourde.

-30-

Source : Me Dominic Dugré, Secrétaire général

Fédération des pourvoiries du Québec

[email protected]

Téléphone : 1-800-567-9009 / 418-572-7085