Actualités > Plan de gestion de l’orignal un succès au Québec

Plan de gestion de l’orignal un succès au Québec

10 novembre 2013

FPQ-013_MAIN

En 1990, le taux de succès à la chasse à l’orignal était de l’ordre de 7% à 8% avec une récolte de 11 500 orignaux sur un cheptel d’environ 55 000 bêtes.  Les biologistes qualifiaient  la récolte de « stagnante » car l’on abattait trop de femelles empêchant ainsi la croissance des populations. Aujourd’hui, le cheptel d’orignaux a doublé et est estimé à plus de 125 000  bêtes avec une récolte de plus 20 000 orignaux lors de la saison 2012 au Québec.

En 1994, le premier plan de gestion a inclus une chasse sélective dans la majorité des régions du Québec. À partir du 2e plan, la formule de l’alternance (protection de la femelle une année sur deux), est devenue la pierre angulaire du mode de gestion de la chasse à l’orignal et ce, jusqu’à maintenant. À l’introduction de ces plans, les chasseurs et tous les intervenants fauniques se sont « serré la ceinture » mais il est définitif que ces actions ont porté fruit.

Voici les objectifs du plan de gestion actuel (2012-2019) de l’orignal :

a. Atteindre les densités de population d’orignaux optimales définies pour chaque zone de chasse et maintenir ces densités de population

b. Maintenir l’intérêt pour la chasse

c. Optimiser les retombées économiques liées à la chasse de l’orignal

d. Favoriser un meilleur partage du territoire entre chasseurs

Considérant l’obligation d’être deux chasseurs pour pratiquer la chasse de l’orignal, on peut parler aujourd’hui d’un succès de chasse de 30% pour un duo de chasseurs. Nous devons être fiers de cette si belle réussite qui est le plus beau témoignage pour assurer la pérennité de la chasse au « Roi » de nos cervidés québécois.