Chroniques > CHRONIQUE: Appât différent

CHRONIQUE: Appât différent

29 mai 2013

appat_different_Patrick_Campeau_26_mai_2012

Patrick Campeau – Journal de Montréal – 26 mai 2012

La plupart des pêcheurs utilisent des vers ou des menés, aux endroits permis, pour déjouer plusieurs espèces. Le guide Thierry Rimbault, de Shawinigan, m’expliquait dernièrement qu’il préfère se servir de cœurs de poulet au lieu des offrandes traditionnelles, pour taquiner les mouchetées, les grises, les moulacs et les arcs-en-ciel.

Il se sert d’une cuillère métallique légère à titre d’attracteur et attache un bas de ligne en fluorocarbone de six à huit pieds de longueur et un trépied Gamakatsu no 6.

PRÉPARATION

Au début de la saison, il achète une cinquantaine de cœurs de poulet à l’épicerie, pour une somme d’environ 5 $.

Il tranche ces derniers à l’horizontale, de façon à enlever la portion supérieure vascularisée. En fait, il ne pêche qu’avec la partie inférieure, qui représente environ deux tiers de l’organe.

Pour effectuer son montage, il se sert d’une aiguille à mené. Il enfile le cœur et il le fait glisser jusqu’au trépied, en s’assurant d’orienter la pointe de ce muscle vers le haut.

Thierry aime bien pêcher avec ce type d’appât, car selon ses propos, le cœur dégage beaucoup d’odeur et il est suffisamment résistant pour capturer plusieurs spécimens. De plus, sa forme semble attrayante et sa présentation valse derrière le leurre.

Article intégral