Chroniques > CHRONIQUE: Toujours le caribou

CHRONIQUE: Toujours le caribou

1 mars 2013

Toujours-Caribou-Julien-Cabana

Julien Cabana – Journal de Québec – 6 septembre 2012

Le déclin du caribou ne frappe pas toute la population de cette espèce qui se trouve au Québec. Si le troupeau de la rivière George est dans une situation précaire, le troupeau de la rivière aux Feuilles est en bonne santé, comptant plus de 400 000 individus.

« Il est déplorable de voir comment les gens confondent tout ce dossier en assimilant le problème qui touche le troupeau de la rivière George à tous les caribous qui vivent sur le territoire québécois, dit Mariane Aubin, de la pourvoirie Mirage. Nous ne voulons surtout pas diminuer le problème qui touche ce troupeau, sauf que pour nous qui sommes tributaires du troupeau de la rivière aux Feuilles, la situation est complètement différente. Il y a toujours beaucoup de caribous, plus de 400 000, ce qui permet de faire une chasse comme ce fut le cas au cours des dernières années. Il y a de la chasse en automne et il y en aura en hiver. »

Les amateurs de chasse de cette espèce pourront donc toujours faire leurs excursions sur le territoire de la Baie-James entre autres.

Trois troupeaux

Sur le territoire québécois, il y a trois troupeaux distincts de caribous.

Il y a le troupeau de la rivière Georges, le plus connu et qui a été découvert le premier. Il a longtemps été chassé au fil des siècles, que ce soit par les autochtones en premier lieu et par les Blancs qui se sont organisé un réseau de pourvoiries. Sur ce troupeau, le Québec n’a pas un contrôle absolu, puisque les animaux traversent la frontière du Labrador à un moment donné durant leur migration. À ce moment-là, ils tombent sous la juridiction de Terre-Neuve, où les lois qui régissaient la chasse étaient beaucoup plus permissives que celles du Québec. Également, l’accès à la ressource était aussi plus facile, parce qu’il pouvait se faire par la route. Ce troupeau subissait alors une pression très importante.

Le deuxième troupeau est celui de la rivière aux Feuilles, qui s’est développé lentement à partir de l’explosion du troupeau de la George. Les caribous étaient à la recherche de nourriture. Ils ont trouvé dans la partie ouest de la toundra québécoise des territoires où la vie était facile. Ils les ont adoptés et ont fini par formé un troupeau aussi important, sinon plus, que celui de la George. Encore aujourd’hui, ce dernier compte plus de 400 000 individus, ce qui rend les activités de chasse toujours possibles. Également, seuls les Québécois et les autochtones du Québec ont accès à cette ressource. Il devient alors beaucoup plus facile de contrôler la pression de chasse sur cette ressource.

 

Lisez la suite de cet article