Anne Desjardins > CHRONIQUE: Haute-Mauricie: au pays des pourvoiries

CHRONIQUE: Haute-Mauricie: au pays des pourvoiries

3 janvier 2013

Haute-Mauricie-Au-pays-des-pourvoiries

Anne Desjardins – Le Soleil – 28 mai 2010

Envie d’une escapade énergisante, gourmande et relaxante loin de la cohue et dans un cadre enchanteur? Ne cherchez pas plus loin que le bout de votre nez : les auberges de luxe de la Mauricie offrent d’attrayants séjours tout inclus, parfaits pour se refaire une santé en moins de deux…

Si vous êtes comme plusieurs Québécois, vous ne connaissez de la Mauricie que Trois-Rivières. Vous avez entendu parler de son magnifique parc national et du lieu de naissance de notre ancien premier ministre, Shawinigan.Si vous suivez l’actualité, vous savez que les communautés de Hérouxville et de Saint-Élie-de-Caxton s’y trouvent, l’une avec un code de vie interdisant la lapidation des femmes et l’autre, inépuisable source d’inspiration du conteur Fred Pellerin.

Mais la Mauricie, c’est aussi un extraordinaire terrain de jeu de 39,924 kilomètres carrés encore méconnu et stratégiquement situé à deux petites heures de route de Québec ou de Montréal. Ce sont de spectaculaires forêts de feuillus et d’innombrables lacs parfaitement sauvages et pourtant accessibles, comme on n’en trouve plus au Québec.

La raison d’un tel état de préservation se trouve dans l’histoire récente de la Mauricie. Ces dernières années, profitant du démantèlement de nombreux clubs de pêche et de chasse privés, de la mise en vente de terres de la Couronne et du déclin de l’exploitation forestière, des entrepreneurs visionnaires y ont établi de belles auberges et de spectaculaires hôtels en pleine forêt. Soucieux de sauvegarder l’environnement naturel, ils proposent des activités de grande nature, tout en offrant le confort et les gâteries propres aux meilleurs établissements. La Mauricie est le nouvel épicentre de cette villégiature distincte que les Européens adorent et où les Québécois se sentent chez eux. 

Premier arrêt : l’Auberge du Lac-à-l’Eau-Claire

Quand, au début des années 80, Pierre Simard et Denis Saint-Germain ont décidé de développer cet ancien lieu de pêche des Abénakis de la tribu Saint-François dans les montagnes de Saint-Alexis-des-Monts, c’était avec l’idée d’offrir quelques chalets en location à une clientèle de pêcheurs chevronnés. Mais devant l’intérêt croissant pour ce lac grandiose de 42 kilomètres carrés, leur projet a pris de l’ampleur, au point d’accueillir en 1993 une auberge de 25 chambres, puis des condos, des suites de luxe et d’autres chalets pouvant recevoir jusqu’à 12 personnes, complétés par un centre aquatique et des salles de réunion.

Si la pêche à la truite est toujours une activité vedette, l’Auberge du Lac-à-l’Eau-Claire a su s’adapter pour répondre aux désirs d’une clientèle diversifiée qui recherche variété et qualité.

Pêche, détente et gastronomie

De pourvoirie comprenant une douzaine de lacs pour la pêche, on est donc passé en quelques années à un centre de villégiature en pleine nature membre du réseau Hôtellerie Champêtre. En un court séjour, il est donc facile de satisfaire toutes les facettes de sa personnalité hyperactive en pratiquant randonnée en forêt, pêche, véhicule tout-terrain, vélo de montagne, baignade, balade en ponton ou en kayak, puis de profiter d’un farniente total en s’offrant massage, bain vapeur ou finlandais au spa tout neuf, pour terminer sa journée sur la terrasse. Une terrasse qui offre incidemment une vue panoramique saisissante sur un lac absolument sauvage entouré de vertes montagnes, où les balbuzards viennent pêcher sous votre nez.

Ceux qui le préfèrent peuvent aussi opter pour l’extravagante piscine semi-olympique, le centre de conditionnement physique ou l’anneau de patin à roues alignées, qui se transforme en patinoire l’hiver. Enfin, vers 19h30, le maître d’hôtel viendra gentiment vous rappeler qu’il est temps de passer à table, car le chef Claude Blais a concocté un menu quatre services offert en demi-pension, où la truite est à l’honneur, qu’on la déguste fumée à froid ou à chaud, marinée, en terrine, en filet ou entière.

Le brunch du dimanche est un des grands attraits gourmands de la maison, avec une somptueuse table à salades et un merveilleux comptoir de desserts, tous créés par la chef pâtissière de l’auberge.

Autant l’avouer : l’Auberge du Lac-à-l’Eau-Claire s’est révélée notre coup de coeur de cette belle semaine passée en Mauricie pour son souci du détail, son excellent rapport qualité-prix et son obsession du service à la clientèle : accueil chaleureux et attentionné d’employés qui semblent vraiment aimer leur travail, myriade d’activités pour tous les goûts, tous les âges et tous les styles, décor de lacs et de montagnes spectaculaire et très accessible, excellence d’une table qui vise la qualité tout en demeurant simple et en s’attachant à valoriser le produit, décoration soignée axée sur le confort et constamment remise au goût du jour.

Lisez la suite de cet article