Chroniques > CHRONIQUE: Un outil indispensable

CHRONIQUE: Un outil indispensable

13 août 2012

CHRONIQUE: Un outil indispensable - Patrick Campeau - Journal de Montréal

Patrick Campeau – Journal de Montréal – 24 mars 2012

Afin de maximiser nos efforts de pêche, il est important de pouvoir compter sur un bon sonar et surtout sur une carte bathymétrique très détaillée.

Pêcher un plan d’eau inconnu sans sondeur ou relevé des courbes de profondeur ressemble vaguement à tenter de trouver une aiguille dans une botte de foin.

Lorsqu’on regarde les données bathymétriques présentées sous forme de papier ou électronique, on est loin de se douter de tous les efforts et de toute la science qu’il faut mettre en œuvre pour arriver à présenter de telles informations. J’ai eu le plaisir d’interroger Jean-Pierre Lavallée de la firme québécoise TrakMaps, pour savoir comment on procède pour produire les cartes des différents lacs et rivières.

POUR LES VOIES NAVIGABLES

Toutes les grandes voies navigables ont déjà été sondées par le Service hydrographique du Canada. Les cartographes et les géomaticiens de cette compagnie spécialisée qu’est TrakMaps reprennent ces données et ils reproduisent le contenu des cartes gouvernementales, à une meilleure échelle. Ils y ajoutent en plus des couches d’informations, telles les rampes de mise à l’eau, les aires de pique-nique, les espèces de poissons présentes, les données urbaines (églises, rues principales…) les marinas, les douanes, les quais publics, etc. Un technicien, attitré aux corrections et aux « avis aux navigateurs » révise tous les produits dès qu’il reçoit des informations et il apporte les correctifs nécessaires. M. Lavallée était fier de dire qu’il n’y a donc pas de matériel désuet enstock, car tout est produit sur demande.

Selon les plans d’eau visés, l’équipe maintenant basée dans la région métropolitaine, peut procéder de trois façons différentes.

INFOS OBTENUES DU MRNF

Plusieurs plans d’eau ont été recensés il y a plusieurs décennies de cela. Lorsque les données leur proviennent du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, ils vérifient tout d’abord l’année de la prise de données. Les cartes du MRNF sont présentées à une échelle de 1:50 000. Les experts de Trak, pour leur part, travaillent sur une échelle beaucoup plus précise de 1:20 000 provenant de la base de données topographiques du Québec. La première étape consiste à superposer les infos pour en valider l’exactitude. Puis, si la similarité est acceptable, ils ajoutent les mêmes sources d’information, citées précédemment pour les voies navigables.

SUR LES EAUX

Lorsqu’aucune information valable n’est disponible, le personnel part à l’aventure. Leurs bateaux, équipés de sonars et de GPS, quadrillent le plan d’eau selon une méthode précise et éprouvée. Les employés se déplacent alors à une vitesse déterminée, et ils effectuent des allers-retours à des distances fixes. Puis, ils retraversent le plan d’eau en sens contraire, à quelques reprises pour valider les levées qui ont été prises dans la journée, afin de compléter le quadrillage.

Lisez la suite de l’article