Chroniques > CHRONIQUE: La venue des combattantes

CHRONIQUE: La venue des combattantes

17 août 2012

La_venue_des_combattantes_Patrick_Campeau_16_mai_2012

Patrick Campeau – Journal de Montréal – 16 mai 2012

Année après année, l’alose savoureuse quitte l’océan Atlantique pour venir nous rendre visite pendant une période de quatre à cinq semaines.

Certains signes de la nature nous indiquent l’arrivée de ces grands harengs. Habituellement, lorsque les pissenlits sont blancs, que les lilas sont en pleine fleuraison et que les mannes font leur appa­rition, on sait que c’est le temps de taquiner ces poissons anadromes.

En fait, les premières aloses font leur apparition lorsque la température des eaux se situe aux alentours de 11º C. Ce sont les mâles qui arrivent en premier sur les différents sites. Le rituel de repro­duction se ­déroulera lorsque le thermomètre indiquera des valeurs se situant entre 13º et 17º.

Les bons sites

Le barrage de la rivière des Prairies est l’un des endroits les plus réputés pour ce type de capture. Il est possible d’y pêcher à gué ou en embarcation. Le barrage de Carillon offre aussi d’excellentes possibilités à ceux qui possèdent une chaloupe ou un bateau.

Un passionné

Serge Pitre se spécialise dans la capture de cette espèce depuis 1978. Chaque année, il prend systématiquement un mois de vacances pour taquiner cette espè­ce.

Ce pêcheur a bien voulu partager ses connaissances avec les lecteurs du ­Journal de Montréal pour les aider à ­déjouer ces poissons argentés.

Techniques de pêche

On peut taquiner l’alose de trois façons différentes.

Lisez la suite de cet article