Chroniques > De nocturne à diurne

De nocturne à diurne

3 novembre 2011

Patrick Campeau – Journal de Montréal – 29 octobre 2011

L’une des situation les plus frustrantes, pour un chasseur, c’est de découvrir qu’il y a un gros mâle sur son territoire de chasse, mais que ce dernier n’est actif que la nuit.

L’amateur a, alors, beau passer de longues heurs dans son poste d’affût, mais ce gros buck, qu’il a pu voir sur ses caméras de surveillance, ne se présente jamais au rendez-vous, durant les heures légales.

Sylvain Ste-Marie est un chasseur passionné qui a passé toute son enfance sur la ferme familiale. En 2005, il a décidé de réaliser son rêve en achetant la terre de 75 acres de son père afin d’y exploiter une ferme cynégétique pour l achasse. AU cours de ce même été, il a installé 3.5 km de clôture, de 10 pieds de hauteur, tout autour de sa propriété. Après avoir lancé sa firme, qui se nomme ProXpédition, Sylvain a obtenu les permis nécessaires et achetés 45 cerfs de Virginie, mâles, coiffés de panaches qui se classent entre 150 et 190 sur les échelles SCI et Boone and Crockett. Ce dernier a alors commencé à récolter de l’urine fraîche et à la commercialiser.

Technique efficace

Ce spécialiste a fait de nombreux tests et il a réussi, à maintes reprises, à faire changer les habitudes des bêtes visées.

Selon Sylvain, la première étape consiste à trouver un grattage primaire avec une petite branche mâchée au-dessus de ce dernier, qui indique qu’il y a déposé l’odeur de sa glande orbitale, située dans le coin des yeux.

Cliquez ici pour lire la suite de l’article