FERMER

NOUS JOINDRE

Commentaire ou informations sur:

* Adresse courriel

* Nom

Numéro de téléphone

Joindre un fichier

* Message

 Oui, m'inscrire à l'infolettre des Pourvoiries du Québec.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.

Les pourvoiries du Québec

Fédération des pourvoiries du Québec

5237, boulevard Wilfrid-Hamel, bureau 270
Québec (Québec) G2E 2H2

Téléphone : 418.877.5191
Sans frais : 1 800 567.9009
Télécopieur : 418.877.6638

HEURES D'OUVERTURE
8h30 à 16h30 du lundi au vendredi.

HORAIRE D’ÉTÉ
Pour la période estivale, du 1er juillet au 31 août, notre équipe sera à votre service de 8h à 16h30 du lundi au jeudi et de 8h à 12h (midi) le vendredi.

Protection des renseignements personnels
Les renseignements que vous fournissez sont conservés de manière confidentielle et ne serviront qu’à vous acheminer de l’information produite et/ou gérée par la Fédération des pourvoiries du Québec inc. En aucun cas ces données ne seront transmises à autrui sans votre consentement préalable. En tout temps, vous n’avez qu’à nous contacter si vous désirez être retiré de notre liste de contacts.

Pour joindre l’une de nos pourvoiries, consultez la fiche technique du pourvoyeur à l’aide du planificateur de vacances.

Chroniques > Les 6 meilleurs conseils de José Boily
jose-boily

Les 6 meilleurs conseils de José Boily

17 août 2016

Lorsque je parle de chasse, je ne suis pas de ceux qui tentent de véhiculer des succès garantis et des méthodes instantanées avec des produits miracles. Je n’ai rien à vendre et je base la réussite de mes aventures de chasse sur la préparation et l’effort. Voici donc six points importants qui, à mon avis, concourent à une chasse réussie, au petit comme au gros gibier.

 

  1. Observer la nature pour la comprendre et l’imiter

En plus d’apprécier la générosité du Québec faunique, nous devons nous investir en forêt ou en marais pour connaître les raisons qui motivent le gibier à y habiter. Lorsque l’animal passe sa vie à se nourrir et à éviter les prédateurs, il est normal qu’il développe et assimile des automatismes. Et ce sont justement ces automatismes et ces mouvements naturels des animaux recherchés qu’il nous faut trouver avant même de nous installer. L’heure des passages, les aires de repos et les zones de gavage sont autant d’informations à connaître avant de commencer…

 

  1. Préparer le terrain

Nous sommes des intrus dans un monde sauvage et complexe. Lorsque nous nous préparons pour l’ouverture de la chasse, chaque faux pas augmente la méfiance de la bête de nos rêves. Tout gibier doit apprivoiser lentement les changements que nous apportons dans son univers. Ainsi, cache, saline, mare… se placent longtemps à l’avance. Pour ce qui est de nourrir les chevreuils, la régularité est de mise, sans changement de menu. Le festin se veut en grande quantité et non à la journée, pour ne pas ajouter un surplus d’odeur humaine…

 

  1. Posséder et tester l’équipement

Les produits, variés et très accessibles pour la chasse, sont-ils tous nécessaires et adaptés aux styles de prédation recherchés ? Si nous nous attachons à nos vieux vêtements camo, sûrement qu’ils nous ont bien servi dans le passé. Pour cette raison, les nouveaux achats demandent à être testés et bien aérés avant d’être intégrés dans la nature. Votre mirador craque-t-il au vent ? Est-ce que la cache ou la tente sent encore la Chine ? Votre cran de sûreté fait-il du bruit ? Etc. Autant de questions à répondre avant de se lancer.

 

  1. Être différent

 

Émissions de chasse, revues spécialisées et vidéos incitent les gens à se conformer à différentes techniques et à devenir des chasseurs jumeaux…Pourquoi ne pas innover en risquant de nouvelles avenues, de nouveaux styles d’approche ? Le gibier apprend et s’adapte à nos manières de faire, car ces mêmes façons se répètent année après année. Chasseurs, place à l’imagination ! Surprenez votre cible en étant différents de ce qu’elle s’attend de vous… Les seules limites existantes dans vos pratiques de chasse sont celles que vous vous imposez… Surpassez-vous !

 

  1. Se donner des buts secondaires

La récolte de la bête se veut l’ultime satisfaction du chasseur, mais est-elle l’unique source de réussite ? Nous devons nous imposer de petits défis qui agrémentent nos vacances de chasse, sans nécessairement nous sentir obligés d’abattre un animal pour trouver la joie et le bonheur. S’approcher d’une femelle orignal, découvrir un nouveau secteur et initier un novice à la chasse demeurent des petites victoires qui restent en mémoire aussi longtemps qu’un tir précis. Revenir avec du gibier est le but ultime, mais s’amuser et se réaliser dans l’aventure l’est tout autant.

 

  1. Réagir

Une fois rendu dans l’action, le chasseur reste à l’écoute du gibier et s’ajuste à son quotidien. Plusieurs facteurs dérangent le gibier lorsque l’ouverture de la chasse sonne. La température, le va-et-vient des chasseurs et la présence de travaux forestiers influencent ses mouvements journaliers. En bon chasseur, je comprends, j’ai besoin de réagir, de prendre mon courage à deux mains et de risquer le tout pour le tout dans ce monde de changements.

Pour en connaître davantage, n’hésitez pas à visionner les différentes émissions de Québec à vol d’oiseau, accessibles gratuitement sur la webtélé : www.LeCamp.tv.

Par José Boily dans le Guide de la pourvoirie 2016

Dernières nouvelles